Je choisis d'avoir le choix



Même si nous ne nous en rendons pas toujours compte, à chaque moment de notre vie, nous avons accès à une infinité de choix. 

Je dirais même plus, et ça va en agacer plus d’un(e), que ce qui nous arrive dans le moment présent est le résultat de choix que nous avons fait dans le passé. Que cela nous plaise ou non. 

C’est très énervant je sais. Et je suis sans doute la première concernée !

 

 

 

Ce qui se passe en réalité, c’est que beaucoup d’entre nous ont fait ces choix inconsciemment, et nous pensons que nous n’avons pas le choix. 

D’ailleurs, c’est quelque chose que nous entendons souvent, voire que nous disons nous-même régulièrement : « Je n’ai pas le choix, je dois faire ceci ou cela. » Ou plus agressif, « tu crois que j’ai le choix ? » 

En fait, oui, nous l’avons. Et pas seulement de temps en temps, nous l'avons...


Bon, j'entends déjà ceux qui me connaissent bien protester avec la dernière énergie, mais tu nous a dit que « toujours » et « jamais », ça n'existait pas. 

C'est vrai, je l'ai dit, et cependant j'assume totalement ce qui est écrit plus haut. 

Nous avons le choix à chaque instant de notre vie.

Quoique je déconseille de le dire à celui ou celle qui vient de dire « tu crois que j’ai le choix » sur un ton bien énervé. Ça ne va pas probablement pas lui plaire, et il/elle risque de mal réagir. Attendez un moment plus propice... 

Observons le phénomène d’un peu plus près si vous voulez bien…

 

 

Si quelqu’un vous insulte, vous vous sentirez probablement offensé, et si quelqu’un vous fait un compliment, vous serez content (ou gêné, mais bon ce n’est pas le thème du jour !). 

Pourtant, quand on y pense, c’est un choix et rien d’autre. 

Ainsi, si quelqu’un vous insulte, vous pourriez choisir de ne pas être blessé(e), prendre du recul et voir que l’autre est frustré(e), énervé(e), jaloux ou que sais-je encore, et qu’il/elle cherche à vous atteindre en espérant que cela atténuera son propre malaise. 

Ça ne marche pas, mais les gens le font quand même ! 

Vous n’êtes pas obligé(e) de vous laisser entraîner dans la mauvaise humeur de l’autre, ou sa colère, ou son énervement ou sa tristesse. 

Observez, voyez que ce n’est pas la personne qui parle mais sa colère, son énervement, sa tristesse, etc. Vous pouvez écouter sans rien dire, vous pouvez répondre, vous pouvez partir, vous pouvez rester.... Votre choix.

 

 

A l’inverse, si quelqu’un vous fait un compliment, vous pourriez choisir de ne pas l’apprécier. 

Sans tomber dans le travers de ne pas pouvoir le croire (parce que nous ne savons pas quoi faire des compliments, bien souvent on ne nous a pas appris à les gérer comme il faudrait !), vous pouvez voir le compliment qui vous est fait de différentes façons. 

Vous pouvez le voir comme de la flatterie dans le but d’obtenir quelque chose de vous et que vous ne voulez pas donner, comme une manipulation dont vous ne voulez pas, comme une remarque qui ne vous touche pas, comme la simple opinion d’une autre personne à qui vous n’accordez pas de crédit... 

Comme vous pouvez le voir comme une expression sincère d’une personne qui vous apprécie vraiment, et qui vous veut vraiment du bien. Si si, il y en a. Et plus que vous ne croyez. 

Les possibilités sont nombreuses. 


Et là aussi, c'est votre choix. 

Oui, je sais  je me répète. C’est agaçant n’est-ce pas ? 

Nous sommes nombreux à avoir des réflexes conditionnés, un peu comme le chien de Pavlov. Nous avons des réactions répétitives et prévisibles, qui semblent automatiquement déclenchées par les gens de notre entourage et / ou par les événements et les circonstances. 

Bien souvent, nous n’agissons pas, nous réagissons. Nous oublions que nous avons toujours le choix, et que nous faisons des choix à chaque moment de notre existence. 

Mais comme les faisons inconsciemment, nous nous sentons victimes. 

Alors pourquoi ne pas prendre un peu de recul, observer ce que nous faisons, et prendre conscience de notre choix du moment ? Comme cela, si après réflexion il ne nous convient nous pouvons en faire un autre. Et puis un autre. Et encore un autre. A l’infini, et au-delà !


 

 

Lorsque vous faites un choix de façon consciente, prêtez attention à vos sensations corporelles et demandez-vous « si je fais ce choix, que va t'il se passer ? » 

Si vous ressentez une sensation de légèreté, de libération, voire de la joie, il s’agit d’un choix juste. Si vous ressentez de l’inconfort, ou du mal-être, ce n’est pas le bon choix pour vous. 

À vous de trouver la façon dont cela se manifeste chez vous. 

En fait, il s’agit de s’écouter, encore une fois. 


Zut alors, on en revient toujours à ça  ? Oui ! 

 

Sachant que rien n’est figé, et que nous avons le droit de nous tromper (si, si je vous assure, c’est permis ! Certains osent même dire qu’il n’y a pas d’erreurs, juste des occasions d’apprentissage !!!) il n’y a pas beaucoup de risque. 

Sauf de se faire traiter de « girouette », (ou pire !) par ceux pensent que les choix sont des décisions immuables, gravées dans le marbre. 

Fichtre, ça fait peur. 

Pourtant, c'est assez facile, si ça ne donne pas les résultats espérés, nous pouvons en faire un autre. 

Entendons-nous bien, il ne s'agit pas de faire n'importe quoi sous prétexte qu'on peut changer après. 

Tous nos choix ont des conséquences, ce serait donc bien d'y réfléchir un minimum. Et ensuite d’y aller.  

Mais il faut le dire, ne pas faire de choix est un choix. D'autres l'ont dit avant moi :


J'insiste lourdement, mais dans la plupart des cas, il n'y a pas grand risque. En tout cas, pas autant que nous pourrions le penser. 

Après tout, c'est notre vie, c'est nous qui devrions pouvoir choisir, non ? 

Je choisis d'avoir le choix !

 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Croyances limitantes et programmes positifs

Fixer des objectifs SMARTE

Manifeste de l'Amour de Soi