Parlons de choix






Avez-vous déjà constaté à quel point on peut se sentir coincé lorsqu'on a le choix entre deux options qui semblent aussi bonnes l'une que l'autre ?  

En fait, nous ne voulons pas simplement faire « un bon choix », nous voulons faire le « meilleur choix » voire même le « choix parfait ».  

Mais si nous hésitons entre plusieurs possibilités, c'est que visiblement il n'y a pas de « choix parfait ». Si ce type de choix existait, il serait facile à faire : il s’imposerait à nous avec force ou logique, plus besoin d'y réfléchir ou d'en discuter...  

Alors, si nous pouvions abandonner l'idée qu'entre deux options l'une est bonne, et que l’autre est forcément mauvaise, ça deviendrait beaucoup plus simple.  

Entre ces deux options, pourquoi ne pas choisir celle qui nous semble la plus facile, ou la plus drôle, ou la plus originale, ou la plus...  (ce que vous voulez), tout en se souvenant que cette option n’est pas intrinsèquement « bonne » et qu'elle n'est sûrement pas parfaite. En ajoutant qu’elle n’est pas non plus « mauvaise »…



Et ensuite agir en fonction du choix qui vient d'être fait. 

En fait, le plus gros du travail se fait après avoir pris des décisions, pas avant. Une fois que nous avons choisi ce qui nous semblait le mieux, nous agissons dans ce sens. C'est comme ça que nous pourrons considérer que nous avons fait le « choix parfait » pour nous à ce moment-là


Parce que lorsqu’on y pense, il est très souvent possible de revenir en arrière, et si nous n'aimons pas les conséquences d'un choix que nous avons fait, nous pouvons choisir autre chose.  

Au restaurant, si vous avez choisi un plat qui ne vous convient pas, vous pouvez demander à changer. Si vous avez acheté un vêtement qui tout compte fait ne vous va pas si bien, vous pouvez le ramener au magasin. Si vous avez choisi une couleur du papier peint ou un meuble qui ne vous convient plus, vous pouvez choisir autre chose !  

Vos choix ne se limitent pas aux objets que vous achetez. Si vous avez choisi la « mauvaise » orientation, si vous êtes dans un métier qui ne vous convient pas, vous pouvez changer et choisir autre chose !  

Ce qui ne veut pas dire que c'est facile, et qu'il suffit de claquer des doigts pour que tout change. 

Non, votre Marraine la Fée ne va pas accourir à la rescousse avec ses formules magiques.  



C’est dommage, ce serait pratique, mais ça n’arrivera pas. 

Ce que je veux dire, c'est que c'est possible de changer d'avis et de faire des choix différents. 

En fait, quel est le pire qui puisse arriver ?  

Certains d’entre vous vont répondre : ça va coûter du temps et de l'argent !  Oui, sans doute, et ce ne serait pas drôle, ça. Mais ça risque de vous coûter beaucoup plus si vous continuez à subir une situation qui ne vous convient pas pendant des années… 

Vous aurez alors peut être le sentiment d’avoir échoué si vous n’allez pas jusqu’au bout…


Petite question anodine : si ça ne vous plait pas, était-ce vraiment votre choix au départ, ou vous a-t-il été imposé ? Ou fortement conseillé ? ou bien encore vous n’aviez pas vraiment d’idées, et vous avez suivi les conseils d’autres personnes, probablement bien intentionnées, mais qui ne savent pas forcément ce qui est bon pour vous. Bien qu’elles pensent qu’elles le savent… 

Et en admettant que ce soit vraiment votre choix au départ, et que vous vous rendiez compte qu’en fait, ça ne vous convient pas, ou ça ne vous convient plus. 

Je vous propose de regarder les choses sous un autre angle.  

En fait, vous aurez appris quelque chose de très important : ce que vous aviez choisi n'a pas donné les résultats que vous attendiez, certes, mais il y a eu un résultat.

C’est drôle cette façon de penser qui nous fait dire que nous avons « échoué » lorsque nous n’avons pas eu le résultat que nous espérions. En fait, ce n’est pas vrai. Tout ce que nous faisons a un résultat.  

Donc, si vous en voulez un autre, changez votre façon de faire… Faites un autre choix. 

Il y a tant de personnes qui regrettent de ne pas avoir pris des décisions qui leur faisaient peur sur le moment, mais qui à terme auraient apporté tant de changement positif dans leur vie.  

En fait, on ne regrette vraiment que les choix que nous n’avons pas faits. 

Ne prendre aucune décision parce qu'on a peur de faire le mauvais choix n'est pas la solution. En fait, ça n'a pas de sens, ne pas prendre de décision est une décision en soi. 

Changeons notre façon de voir : si la décision prise ne marche pas comme nous l'espérions, nous pouvons en prendre une autre. Et une autre. Et encore une autre s'il le faut. 

Entendons-nous bien, il ne s'agit pas non plus de faire des choix totalement irréfléchis et spontanés. Il faut quand même réfléchir un minimum aux conséquences probables.  

Mais dans la plupart des cas, il n'y a pas grand risque. En tout cas, pas autant que nous pourrions le penser. 

Et si vraiment ça ne marche pas, nous pourrons encore choisir autre chose. 

Il n'est pas nécessaire de s'entêter, si ça ne marche pas, ou si ça ne marche plus. Cela ne fait pas de nous des girouettes, contrairement à ce que nous avons pu entendre (et entendons encore!) 

Cela fait de nous des gens responsables qui prennent leur vie en mains sans se laisser dicter leur conduite.


Pas moi en tout cas. 

J'ai assez de travail avec moi-même, et à discerner quels sont les choix que je peux faire, et en changer quand ils ne conviennent pas !

Je vous propose de continuer sur ce thème du choix dans un autre post à venir très vite !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Croyances limitantes et programmes positifs

Fixer des objectifs SMARTE

Manifeste de l'Amour de Soi